Croire ou savoir?

 Petite histoire

Un père, qui habite la province, dit un jour à son jeune fils Candide: « A Paris, il y a une tour métallique de 300 m ». Candide le croit. Ses parents lui ont appris, depuis sa plus tendre enfance, à obéir, à faire et à croire ce qu’ils lui disent. Pendant les vacances, le père emmène son fils à Paris. Candide voit la tour Eiffel. Il pourra dire à ses copains : « Je sais qu’il y a une grande tour métallique à Paris, je l’ai vue. Je suis même monté tout en haut ! ». Ce que lui a dit son père est devenu pour lui une réalité objective.

Un autre jour, son père lui dit: « Cette tour a été construite par Gustave Eiffel pour l’exposition de 1889 ». Mais le voisin du petit garçon, Monsieur Quicroit, dit au jeune Candide : « Cette tour a été construite par Haussmann qui a transformé Paris au XIXème siècle ». Et il explique même au jeune Candide, pour bien le persuader : « Haussmann a construit cette tour en même temps qu’il a détruit le labyrinthe des ruelles et tracé de grandes avenues pour mieux surveiller les ouvriers parisiens qui avaient tendance à se révolter. De la tour, on voyait mieux les mouvements du peuple ».

Candide raconte cela à son père qui, pour le convaincre des faits réels lui montre, dans un livre, des photos des différentes étapes des travaux. Mais Monsieur Quicroit a aussi un beau Livre, plein de belles images. On y voit la nouvelle Tour, garnie de drapeaux, de fleurs jusqu’au sommet, et au-dessous de l’image : « Œuvre du baron Haussmann ». Candide en est tout éberlué. Mais, comme il est un garçon bien élevé, qui a toujours obéi à ses parents, Candide croit son père : la tour a été construite pour l’Exposition Universelle, mais la belle image de la tour garnie de fleurs reste dans sa tête.

Noël, lui, est un enfant élevé dans une famille où on lui apprend que le monde, tout ce qui vit, les plantes, les animaux, les hommes et les femmes ont été créés par Dieu. Il faut prier Dieu, croire en Lui, sinon Il nous punira et à notre mort, on n’ira pas au Paradis où la vie sera merveilleuse toute l’éternité. Mais, à l’école laïque où ses parents l’ont inscrit, on apprend à Noël que l’Univers évolue depuis le big-bang, que les espèces végétales et animales évoluent également. L’homme et la femme sont le fruit du hasard et de la sélection naturelle. Noël est déboussolé. Qui doit-il croire ? Ses parents, qui lui ont raconté une belle histoire, ou ce que lui enseignent des personnes qu’il connaît à peine ?

Mohamed est, lui aussi, un jeune enfant. Il est élevé dans une famille qui voit la Vérité dans le Coran. Des personnes, avec lui très gentilles, lui disent même qu’il gagnera le Paradis s’il tue ceux qui ne croient pas au même Dieu que lui, car il est écrit : "Vous ne les avez pas tués. C'est Allah qui les a tués. Lorsque tu portes un coup, ce n'est pas toi qui le portes mais Allah qui éprouve ainsi les croyants par une belle épreuve" (Sourate VIII, 17).

Les enfants, très jeunes, reçoivent un enseignement dont ils vérifient par eux-mêmes, l’exactitude : le feu, ça brûle, un chien, ça peut mordre, tomber, si on ne regarde pas devant soi, ça fait mal… Mais arrive un âge où on leur enseigne des connaissances qu’ils ne peuvent plus vérifier par eux-mêmes – et que les adultes ne peuvent également vérifier, ni même comprendre. En science par exemple. Les scientifiques enrichissent leur savoir par des méthodes rationnelles, mais nous, non spécialistes, nous nous trouvons comme Noël et Mohamed. Qui croire ? Darwin et sa théorie de l’évolution ou Dieu Créateur ? Aucune observation nous permet de connaître, par nous-même, la vérité.

Et c’est là que les choses se gâtent ! Car, depuis le premier procès du singe en 1925, les Evangélistes aux Etats-Unis ont refusé qu’on enseigne l’évolutionnisme de Darwin et ont voulu imposer le créationnisme - et encore maintenant. Ce mouvement a été repris par le musulman Yahya qui a diffusé, à ses frais, un ouvrage, l’« Atlas de la Création». On a même créé le musée du créationnisme en Californie.

« Le doute n’est pas une condition agréable, mais la certitude est absurde » écrivait Voltaire.

 

RETOUR HOME